Compteur d'ions: Air Ion counter

AIR ION COUNTER - COMPTEUR D'IONS

Il est fondamental de connaître la concentration en ions dans les bureaux, les chambres, les entreprises et les cabinets médicaux car beaucoup de problèmes d’inconfort, de troubles de la vigilance, de malaises et de sensation d’étouffement sont associés à un manque d’ions négatifs et une trop grande concentration d’ions positifs. On peut y remédier avec certains ioniseurs d’air ou des huiles essentielles et une meilleure aération. Mais encore faut-il le savoir !

Le compteur d’ion « AIR ION COUNTER » est un appareil américain de mesure de la concentration des ions positifs et négatifs dans l’air (ions/cm³). Il permet également la mesure des appareils « ioniseurs d’air » (générateur d’ions négatifs).

Avec l’AIR ION COUNTER…

  • Comptez le nombre d’ions négatifs et positifs/cm³ d’air à l’intérieur et à l’extérieur d’un bâtiment
  • Déterminez l’origine naturelle ou artificielle de la concentration d’ions négatifs et d’ions positifs
  • Déterminez les conséquences sanitaires d’une expositions à trop d’ions positifs et à trop peu d’ions négatifs
  • Améliorez la qualité de l’air de l’environnement dans les maisons et les bureaux en conseillant un ioniseur d’air ELANRA et prouvez-le par les mesures.

Le compteur d’ions mesure la concentration en ions dans l’air (ou dans tout autre gaz) à travers un système de plaques parallèles et l’air est aspiré grâce à un petit ventilateur. Les deux plaques extérieures captent verticalement le potentiel des charges électriques (+ ou -). La plaque centrale sert de détecteur linéaire. « L’épaisseur » d’air qui passe entre les plaques est de 4mm et le champ électrique polarisé est de 1000 V/m.

Plage de mesure : 10 à 1.999.000 ions/cm3 – mode d’emploi très détaillé et traduit en français par nos soins.

Notions de base sur les ions de l'air :

Tous les ions « + » naturels proviennent le plus souvent de la radioactivité. Approximativement 40% des ions naturels contenu dans l'air sont issus des minéraux radioactifs dans la terre. Chaque fois qu’un atome radioactif se désintègre dans l'air, il se produit 50.000 à 500.000 paires d’ion. Les 40% suivant proviennent du radon présent dans l'air (il se produit approximativement 250.000 ions par atome de radon). Les 20% restant proviennent de rayons cosmiques (protons de très haute énergie de supernovas lointaines). À la maison, les ions ont une durée de vie en moyenne d’approximativement 30 secondes avant de toucher une surface et de tomber sur le sol. Généralement, les ions de plein air « vivent » plusieurs minutes. Les ions négatifs proviennent de la radioactivité et de la vapeur d’eau. Les éclairs, les orages, et les incendies de forêt contribuent à produire des ions + et -. Cependant, les ions ne sont pas souvent produits lors du beau temps, c'est seulement la radioactivité naturelle et la vapeur d’eau qui en produit en plein air, à l’extérieur. Les concentrations d’ions lorsqu’il fait beau sont comprises entre 200 à 800 pour les ions négatifs et entre 250 à 1500 pour les ions positifs par centimètre cube d’air. Les niveaux de concentration à l’intérieur sont souvent inférieurs. Plusieurs heures avant une tempête, la concentration en ions + augmentera dramatiquement et pourra dépasser 5000 ions/cm3.

Durant une tempête, les ions - diminuent de plusieurs milliers, et leur nombre est réduit souvent en dessous 500, pendant que les ions + augmentent. Parce qu’une grande concentration d’ions + attirent les ions -, des concentrations élevées d’ions – et + sont souvent trouvées ensemble. Typiquement, une haute concentration (1000 ou plus) des deux ions peut être trouvée en plein air, dans une ville alors qu’un peu plus loin, dans un coin retiré une concentration plus basse (300 ou moins) existe. Un nuage remplit d’ions + purs (sans ions -) avec une concentration de 1000 ions/cm³ serait très instable et se disloquerait car son diamètre ferait plus ou moins 30 m. Pour cette raison, les hautes concentrations exclusivement d’ions + (ou exclusivement d’ions -), lorsque les ions sont compacts, ne se répandent pas plus loin que 30 m. En testant à la maison, vous pouvez trouver une concentration élevée d’ions – et dans une autre région d'une pièce, une haute concentration d’ions +.

La durée de vie dans le temps des " ions rapides " (qui sont les plus communs) est déterminée par le temps qu’il vont prendre à entrer en collision avec un corps solide (par ex : une poussière) lequel neutralise sa charge.

À la maison les champs électriques statiques sont souvent plus intenses qu’à l’extérieur. Les surfaces plastiques possèdent une charge électrique négative élevée de plus ou moins 1000 volts. Cela produit des champs électriques statiques de 500-5000 volts par mètre (V/m) près de la surface plastique. Le champ électrique repousse les ions négatifs (molécules d’air avec un O- ou un OH- en plus).

La mobilité des ions négatifs à vitesse rapide est d’approximativement 0,00012 m/s par V/m,. Autrement dit, à 2000 V/m, les ions négatifs se repoussent à une vitesse de 2000 x 0,00012 = 0,24m/s (mètre par seconde). Les ions positifs (molécules d’air avec un H+ en plus ou une molécule positive de gaz) sont attirés par les corps plastiques et par les champs électriques. Cependant leur mobilité est légèrement inférieure aux autres (approximativement 0,0001 m/s par V/m). Par conséquent, ils ont une vitesse légèrement plus lente de 0,2 m/s. Quand les ions positifs touchent un matériaux en plastique, ils abandonnent leur charge +. Ils neutralisent partiellement les charges - sur le plastique.

Sous certaines conditions, la neutralisation complète du plastique se produirait au bout de quelques semaines. Cependant, la poussière qui souffle par frottement contre le plastique peut lui permettre de se recharger en charges +.

Cette poussière porte les ions + chargés suffisamment loin (pour finalement tomber à terre). En conséquence, le plastique empêche toujours la présence des ions négatifs.

Une bonne façon d’allonger la vie de ces ions négatifs à l’intérieur est de ranger les matières plastiques dans des boites en carton ou dans des meubles en bois.

Leur durée de vie est de 50 secondes, sans se soucier de l’humidité. Par exemple, 4 pCi/L de radon présent dans une boite produira une concentration permanente de 1600 ions positifs/cm3.

Vous pouvez produire des ions négatifs en vous peignant les cheveux avec un peigne en plastique. Si il se produit un courant d’air devant le peigne, l'air possèdera immédiatement entre 1000 et 10.000 ions négatifs /cm3. Ce nombre diminue lorsque l’air est humide.

Ainsi, votre souffle contient approximativement 20.000 à 50.000 ions -/cm3 provenant de l’évaporation de l’eau. Cette concentration augmente lorsque vous êtes en contact avec le sol. Si vous êtes séparé du sol, vous serez chargé à chaque expiration plus positivement (d’approximativement 5 volts) parce que votre souffle supprimera la charge négative.

Finalement, vous deviendrez suffisamment positif (après avoir expiré approximativement 20 fois), mais les ions négatifs reviendront à vous immédiatement. C'est le même effet qui se produit dans la construction utilisant des systèmes de climatisation d’air par évaporation de l'eau dans une cheminée. Si ce n’est pas correctement ventilé, la pompe à eau et l’air deviendront très positif. (Si l’air intérieur est isolé de l’évaporation de l’eau via un échangeur de chaleur, l’air peut se charger très positivement et produire un grand nombre d’ions +. Cela est facilement corrigé par un renouvellement d’air à l’intérieur.

Les ions + et - proviennent de la combustion (flamme, bois brûlé, fumée de la cigarette, et gaz d'échappement de voiture) et de surfaces très chaudes. A l’intérieur, au niveau de la terre proche du sol (ou du sous-sol), la plupart des ions + proviennent du radon. Lorsque vous lisez à l’écran de l’appareil de mesure : 1000 ions positifs par cm3 cela correspond approximativement à 4 pCi/L (pico Curie par litre) de radon ; le niveau admissible maximal aux Etats-Unis (Ce nombre d'ions est proportionnel à la concentration du radon multipliée par la durée de vie de l'ion moyen à la maison mais les champs électriques réduiront la vie de l'ion.)

Parce qu’il est improbable qu'un niveau aussi haut (1000 ou 1.00 sur le compteur) puisse venir de n'importe quoi d’autre (autre que d’une flamme, de la fumée ou un élément du chauffage électrique chaud), il est possible que les 1000 ions/cm3 correspondent à approximativement 4 pCi/L de radon (ou 2000 ions/cm3 = 8 pCi/L, etc.). Notez qui si le radon est la source principale des ions à l’intérieur, alors la concentration d'ions sera approximativement égale partout au niveau du sol dans une maison et surtout des caves ou des vides sanitaires. Si il y a 1000 ions à proximité d’une source de chaleur ou d’air chaud et en dehors une concentration de seulement 100 ions/cm3 alors, ce n'est pas radon. Une plus haute concentration d’ions + au niveau des fissures et des fondations de la maison peut correspondre à du radon. Cela peut indiquer par où il pénètre à travers les jointures.

Si la moyenne d’ions + est faible (par exemple, moins que 100), alors il n'y a aucune raison de penser qu’il y a du radon. Ce n'est pas possible de cacher les ions que le radon produit. Pas beaucoup d’ions = pas de radon. Parfois, un petit peu de poussière se déchargera sur la plaque du détecteur. La poussière est habituellement "-", donc la plaque comptera -1000 (-1.00 sur l’affichage LCD), même si le bouton indiquant la POLARITÉ est sur " +". Cela reviendra à la normale en une période d’approximativement 3 secondes. En tenant le compteur près toute source de particule alpha (Uranium, Thorium, etc.) il se produira une très haute lecture d’ions, surtout "+". Ce compteur d’ions peut être utilisé à la place d'un compteur Geiger.

Placez l’interrupteur sur la position STANDBY et sur la polarité « + ». Enlevez délicatement le volet protecteur et tenez le compteur au-dessus et près de la source de radioactivité à mesurer. Si 1 microCurie de 5 à 8 MeV en alpha (Uranium, Thorium, Radium) entre dans le trou du dessus du compteur, l'écran LCD indiquera : 250,000 ions/cm3 (« 250 » sur l’échelle 1999). Ces particules alpha peuvent voyager à travers seulement 5 centimètres d'air, ainsi tenez le sommet du compteur très près de la source suspecte. L'exposition est proportionnelle à la présence de radioactivité. Les neutrons peuvent aussi être détectés en plaçant un mince film de plastique (une source d’hydrogène) sur la fente rectangulaire.

Cela permettra de mesurer des neutrons de haute énergie à protons qui peuvent être détectés parce que les protons créent des paires d’ions. La sensibilité du compteur est cependant moins élevée que pour les particules alpha (comme a cela est décrit ci-dessus).

Lorsque vous décidez de mesurer un ioniseur d’air vous et l’ioniseur êtes chargé négativement. Pour obtenir une mesure précise, un fil de terre souple est inclus avec l’appareil. Enfoncez la « fiche banane » dans la douille située sur le coté du compteur d’ions. Ensuite, raccordez la « pince crocodile » à un objet relié à la terre (comme une prise de terre, une terre situées dans une prise de courant, une canalisation en cuivre, une vis enfoncée dans un mur…).

Ce que vous risquez si vous ne raccordez pas l’appareil à une terre efficace c’est que vous allez vous charger d’ions négatifs pendant les mesures et ensuite lorsque vous toucherez une masse métallique il se produira une étincelle. Les mauvaises terres repoussent les ions négatifs et empêchent une mesure valable de l’appareil. Ceci parce que vous créerez trop d’ions positifs en face de l’ioniseur (vous faites écran).

SPECIFICATIONS TECHNIQUES :

  • Le compteur d’ions mesure la concentration des ions dans l’air (ou dans tout autre gaz) à travers un système de plaques parallèles. Les deux plaques extérieures captent verticalement le potentiel des charges électriques (+ ou -). La plaque centrale sert de détecteur linéaire. « L’épaisseur » d’air qui passe entre les plaques est de 4mm et le champ électrique de polarisation est de 1000 V/m.
  • Plage de mesure : 10 à 1.999.000 ions/cm³
  • Flux d’air : 200 cm³/sec (vitesse linéaire : 40 cm/sec)
  • Capacité de collecter les ions : 65%
  • Résistance interne : 5 X 1010 Ohms
  • Plage de mesure : commence à 10 ions/cm³ (correspondant à 10 microVolts au niveau de la plaque du détecteur) jusqu’à 2 millions ions/cm³ (correspondant à 2 Volts).
  • Temps de réponse : approximativement 10 seconds
  • Niveau de bruit : (10 secondes en moyenne): 10 ions/cm³
  • Précision : pour les ions mobiles : +/- 25% (mobilité supérieure à 8 x 15-5 m/s par V/m). Le compteur d’ions est moins sensible pour comptabiliser les ions lents.
  • Batteries : 1 x 9V type Duracel ou Alkaline
  • Durée de vie des batteries : 10 heures sur la position STANDBY, or 2 heures en mesure. Les piles Alkaline donnent 30 heures sur STANDBY, ou 6 heures en mesure. L’indicateur LO BAT apparaît à une tension de 7.5 Volts pour chaque batterie.
  • Sensibilité lorsque le commutateur « POLARITY » est en position centrale (ni sur "+" ou sur "-") : 1/10 de la sensibilité normale. Il faut additionner les ions positifs et négatifs ensembles (exemple : 600 "+" et 200 "-" doit se lire : 1/10 de 600 moins 200 = 140 ions/cm3).
  • Garantie : 24 mois date d'achat
  • Fabriqué au USA.

Commander en ligne